Festival Mondes Croisés du 6 au 11 août

Festival Mondes Croisés

Le 23ème festival Mondes croisés de Murat, c'est fini. Les spectateurs ont, une nouvelle fois, profité de prestations d'une grande qualité, durant une semaine.

Tous les artistes invités, cette année, au festival Mondes croisés, à Murat, ont littéralement fait vibrer leur public. Que ce soient les rythmes africains des incroyables Guinéens du Circus Baobab ou le jazz manouche du grand Biréli Lagrène, en passant par la musique klezmer ou latine, chacun et chacune a eu l'occasion de prendre du plaisir.

Biréli Lagrène a proposé le même spectacle aux festivaliers de Murat que celui qu'il donne habituellement lors de manifestations plus importantes. Avec un final époustouflant, au cours duquel il a laissé la magie de ses doigts emporter sa musique.

Denis Cuniot a, lui, réussi l'exploit de captiver le public avec son seul piano. Là encore, la dextérité du musicien n'a pas failli.

Maria Peirera a enchanté avec du fado, une musique mélancolique rarement entendue dans le secteur. L'artiste portugaise chante avec sa.voix mais aussi avec son cœur. Elle a été très généreuse et donné beaucoup au public lors de son concert.

On a regardé, écouté, bien sûr, mais on a aussi dansé. Les virevoltants musiciens de Glik se sont chargés des pieds en animant leur cabaret klezmer où l'on pouvait apprendre des danses yiddish. Par ailleurs, le festival s'est expatrié dans les communes alentours. Ainsi, le groupe Gadjo swing s'est produit à Laveissière puis à Lavigerie. Il y en avait donc pour tout le monde.

Et puis, comme chaque année, le commerce équitable était présent. Chacun a pu y participer en achetant les produits proposés. À noter que la nourriture a mieux marché que l'artisanat. Question de pouvoir d'achat, sans doute.

Michèle Boutoute, la présidente, après avoir rendu hommage à la poignée de bénévoles qui la soutient, a conclu comme suit : « Certains m'ont reprochée de faire un festival élitiste. Moi, je l'ai souhaité élitaire. J'espère avoir convaincu ».


Source : La Montagne - 19 août 2008

L'événement Biréli Lagrène à Murat

L'événement Biréli Lagrène à MuratJusqu'au 11 août, le festival Mondes croisés de Murat propose une alléchante programmation avec une tête d'affiche le 8 août : Biréh' Lagrène, le guitariste manouche.

« Le festival en lui-même, 23e du genre, est très différent des années précédentes. "Ce n'est plus du tout un festival de folklore, une tendance amorcée depuis 2005", explique Michèle Boutoute, la présidente de Mondes croisés. "L'objectif est aujourd'hui d'inviter des artistes de prestige et de créer un événement différent des autres car, même s'il est bien que des festivals de folklore existent, nous ne souhaitions pas faire un festival bis à Murat. Mondes croisés a ainsi pour objectif de faire venir des artistes de différentes cultures et qui ont su évoluer dans cette culture, l'inverse donc de ce qui est figé, de ce qui est du domaine du passéisme".

Une tête d'affiche
Une démarche ambitieuse donc, et qui porte ses fruits puisque la tête d'affiche est, cette année, rien de moins que l'héritier de Django Reinhardt, Biréli Lagrène, qui a d'ailleurs obtenu deux "Djangos d'or" pour son jazz manouche. Il est par ailleurs le formateur de différents guitaristes, dont Thomas Dutronc.

"Inviter Biréli Lagrène était en projet depuis plusieurs années", poursuit Michèle Boutoute. Elle et son équipe tentent ainsi de contacter Thomas Dutronc pour joindre Lagrène mais sans résultat. "Nous joignons alors directement l'agent de Biréli Lagrène et là, surprise, il s'avère qu'il connaît très bien Murat. Il s'agit de Christian Pegand, dont le père travaillait à la gare de Neussargues". Pour la petite histoire, Michèle Boutoute se rend compte qu'elle était même avec lui à l'école, à Murat, ça aide. "C'est un coup de hasard et de chance d'avoir réussi à faire venir cette tête d'affiche", reconnaît-elle. Lagrène, outre sa renommée, a en effet un emploi du temps estival plutôt chargé. Il arrive du festival de Marciac, la référence dans le domaine des festivals de jazz, et Murat ne sera qu'une étape pour un concert unique avant qu'il ne se produise à Rotterdam.

Michèle Boutoute, outre ce moment fort, en annonce déjà d'autres, car la programmation est éclectique avec, pour ne citer que quelques artistes, le pianiste Denis Cugnot qui revisite la musique klezmer, une tradition musicale des Juifs ashkénazes (d'Europe centrale et de l'Est).

Source : L'Union du Cantal - 02 août 2008

L’association Mondes Croisés organisera la XXIIIème édition de son festival de Danses et Musiques du Monde du 6 au 11 août 2008.

Elle accueillera à cette occasion un prodige de la guitare manouche, Biréli Lagrène : musicien virtuose et référence dans le monde du jazz, il donnera un concert le 8 août, accompagné des musiciens du Gipsy Project, Diego Imbert (contrebasse), Hono Winterstein (guitare), Franck Wolf (soprano, tenor, baryton saxophone).

L'histoire commence en Alsace, au sein de la communauté manouche, où Biréli naît en 1966, d'une famille de musiciens. Initié très tôt par son père, puis par son frère, le tout jeune Biréli surprend par sa précocité. Plus d'un, et non des moindres, se retrouveront sous le charme. Ainsi de Matelot Ferré, compagnon de Django Reinhardt, que l'interprétation du jeune prodige impressionnera.

Django d’Or en 1993 et en 2002, victoire de la musique en 2001 et 2002, on le retrouve aux côtés de John Mc Laughlin, de Paco de Lucia, d'Al Di Meola, de Jack Bruce et Ginger Baker, pour une re-formation de Cream, auprès de Stanley Clarke, Miroslav Vitous, Lenny White, Mike Stern…part en tournée avec Stéphane Grappelli et enregistre deux albums avec Pastorius.

Remarqué pour l’inventivité et la liberté de son jeu, Biréli Lagrène est, de la bouche même du fils Babik Reinhardt, le digne héritier de Django.

Autre invité prestigieux du festival 2008 : le Circus Baobab. Après une première visite en 2005, la compagnie guinéenne présentera sa dernière création Nimba le 7 août. Les musiciens donneront un concert la veille en ouverture du festival.

Sous forme de voyage initiatique, le spectacle révèle au public le chemin que parcourt la femme africaine en quête de son identité : elle la découvre notamment à travers ses diverses relations aux hommes, sa confrontation aux différentes figures qui symbolisent la nature spirituelle, l’exploration des terrains interdits.

Nimba reste fidèle aux spécificités artistiques de la Troupe Circus Baobab, les couleurs chaudes et acrobaties extraordinaires s’entremêlent aux chorégraphies contemporaines et légères.

La programmation complète sur le site du Festival Mondes Croisés

Renseignements : Michèle Boutoute 04.71.20.02.40.

affiche trait de vie

Mardi 26 juin 2018
20h30 au cinéma
Ciné-rencontre "Trait de vie"

en présence de la ferme brasserie Ninbi

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee