Opération « École et Cinéma »

Et le grand écran seconde les manuels

Présentation de la prochaine opération « École et Cinéma », destinée aux élèves des écoles primairesPrésentation de la prochaine opération « École et Cinéma », destinée aux élèves des écoles primaires.
Utiliser le cinéma comme une véritable base de travail. Tel est l'objectif de l'opération qui va bientôt mener des écoliers dans les salles obscures.


« Leurs yeux qui s'écarquillent, quand ils rentrent dans la salle de cinéma, expriment déjà un véritable plaisir. Ils sont vraiment dans un autre monde ». Daniel Brugès est conseiller pédagogique en Arts visuels, et le coordinateur du projet « École et cinéma » sur la circonscription de Saint-Flour.

Pour lui, cette opération, qui commence dès le 6 novembre, et qui se tiendra aux cinémas Le Delta (Saint-Flour), La Source (Chaudes-Aiguës), et L'Arverne (Murat), c'est tout d'abord « apporter aux élèves le plaisir de se rendre dans une vraie salle dé cinéma », déclarait-il, hier, lors de sa présentation. Et bien entendu, elle est une véritable démarche pédagogique.

Organisée par l'Éducation nationale et l'association nationale « Les enfants du cinéma », elle est orchestrée, à l'échelle du département, par Vincent Laronde, coordinateur départemental des salles, Daniel Brugès et Nadine Vidal.

Elle est destinée aux élèves de la grande section de marternelle au CM2, et revêt plusieurs objectifs : initier les élèves au cinéma en tant qu'art, leur apporter une ouverture culturelle, et utiliser un film comme support pour un travail transdisciplinaire. « Après Goshu. le violoncelliste, par exemple, nous savons que les élèves pourront travailler tout l'aspect musical qui est prépondérant dans le film. » Les 524 élèves inscrits, cette année, auront l'occasion dé voir un film par trimestre : Goshu, le violoncelliste, Le voyage de Chihiro et Le cirque. « Nous faisons en sorte que les films soient en lien avec les projets fédérateurs. Cette année, il s'agit « Des mondes imaginaires », ajoute Daniel Brugès.

Avant de visionner chaque oeuvre, les élèves travailleront avec leur enseignant, qui aura suivi une animation pédagogique pour préparer la projection. Ils travailleront ensuite sur un aspect particulier du film à travers les arts plastiques, la littérature, l'histoire, la géographie...
« Nous ne recevons pas les élèves pour leur passer des films. Nous ne les laissons pas seuls : devant les images. Cet accompagnement est vraiment nécessaire », explique Vincent Laronde. « Ils ont la possibilité d'ingurgiter tellement d'images que la plupart du temps, ils ne prennent pas de recul. Ils ne font pas la part des choses entre ce qui est réel et ce qui est imaginaire. Une image peut être enrichissante, il faut leur apprendre à la lire, à la décrypter ».

Tel est le fil conducteur de l'opération : ne pas faire consommer de l'image, mais à travers une véritable approche pédagogique et artistique, l'utiliser pour aller plus loin.

Calendrier
Les premières séances commenceront le 6 et le 10 novembre, à Saint-Flour et Chaudes-Aiguës. Les élèves qui se rendent au cinéma de Murat visionneront le premier film début décembre. Les deux autres films seront proposés aux écoliers au deuxième et troisième trimestre scolaire.



Un film comme point de départ à de nombreuses pistes de travaux artistiques

« Les enfants réussissent toujours à s'approprier le film pour en tirer quelque chose », explique Daniel Brugès. L'opération avait réuni, l'année dernière, 449 élèves de la circonscription sanfloraine. Qu'en ont-ils donc tirer ?. « Après le film Jason et les Argonautes, ils ont travaillé sur la mythologie et la géographie, rapporte Daniel Brugès. « Ils ont également créé des monstres, puis réalisé beaucoup de dessins, et de récits. Ce qui est intéressant, c'est que les enfants n'ont pas été touché par les mêmes choses dans ce film. Ils ont, donc, tous relaté des passages différents, et nous avons pu ainsi recréer le storyboard ».

Autre exemple avec Princes et Princesses, un conte réalisé avec des ombres chinoises et des fonds colorés. « Ils ont appris à réaliser eux-mêmes des silhouettes en ombres chinoises et ont monté leur spectacle. Ils ont étudié leur propre silhouette en la traçant sur le sol. Nous avons aussi travaillé autour de l'oeuvre dé Fernand Léger (peintre français, dit le pionner du cubisme). Et en littérature, ils ont étudié les contes traditionnels. »

La preuve par l'exemple qu'un film peut être une véritable source d'inspiration, de création, de réflexion, et d'expression.


Source : La Montagne - 22 octobre 2008

affiche trait de vie

Mardi 26 juin 2018
20h30 au cinéma
Ciné-rencontre "Trait de vie"

en présence de la ferme brasserie Ninbi

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee