Les experts du secours en montagne

Les experts du secours en montagneLe PGM basé à Murat dirige les opérations de secours en montagne sur tout le département. Et le massif cantalien a bien besoin de cette équipe de spécialistes.

«Un homme d'environ 25 ans, qui a fait une lourde chute d'une quinzaine de mètres. Il présente une déformation du genou et un traumatisme au niveau de la cheville gauche. »

Descendu en rappel à la hauteur du blessé, le militaire du Peloton de gendarmerie de montagne a donné les premières informations. Sur la cascade de glace en aplomb de l'Alagnon, à quelques mètres de la RN 122, au niveau du Pont rouge, entre Murat et le Lioran, le PGM va mettre son dispositif habituel en place. Trois hommes sont immédiatement intervenus pour porter les premiers secours, sécuriser la victime. Puis une deuxième équipe apporte le matériel pour la prise en charge et l'évacuation du blessé.

« Notre cadre d'action, c'est le secours à personne, explique le major Boué qui dirige le peloton de Murat. Le PGM est chef d'opération sur tous les secours en montagne. Nous effectuons également des enquêtes judiciaires sur ce qui touche à la montagne. »

Alors que la moyenne des secours si situait autour de 50 à 60 par an, elle est montée lors des deux dernières années à plus de 120. « Le renforcement de l'unité spécialisée de Murat et la mise en place du plan de secours montagne ont fait que l'activité du peloton a augmenté. » Cette montée en puissance est donc plus due à une meilleure lisibilité dans la répartition des tâches qu'à une augmentation proportionnelle des accidents.

Les experts du secours en montagneReste que le Cantal est une montagne. Avec ses risques. « On constate une multiplication des pratiques. Le VTT, l'escalade, la rando, les cascades de glace. Il y a une augmentation de la fréquentation et, dans le même temps, il y a toujours, pour certains, une banalisation du massif cantalien. »

Si bien que l'on part sans entraînement, sans équipement spécifique... « Des gens en manque de condition physique pensent que la montagne est très abordable... et, du coup, proportionnellement, ils se retrouvent exposés aux mêmes risques qu'un alpiniste aguerri dans les Alpes ! »

L'hiver est ainsi rythmé par l'assistance à personne, comme ces randonneurs à raquettes qui ont présumé de leurs forces, ainsi que par les interventions suite à des traumatismes (beaucoup de genoux, d'épaules, de clavicules). L'été, l'activité fait apparaître également de nombreux traumatismes (plus du côté des chevilles), mais aussi des malaises.

Pour notre blessé du Pont rouge, rien de tout cela. L'intervention relevait d'un exercice d'entraînement.

En hiver, deux gendarmes du PGM assurent une permanence durant la journée au Lioran pour intervenir sur le domaine. Les interventions sur les pistes sont assurées par les pisteurs avec le soutien, si nécessaire, d'un médecin urgentiste. En été, c'est au pas de Peyrol que deux hommes du PGM sont présents.

Source : La Montagne - 28 janvier 2009

petite cité de caractère
7, 8 et 9 juin 2018
Rencontres sur 
l'entretien, la restauration
et la valorisation du patrimoine
Ouvert à tous - gratuit
Inscriptions : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee