Inauguration de la station d'épuration

La station d'épuration inaugurée par Alain Marleix

Le secrétaire d'État Alain Marleix a inauguré dernièrement la station d'épuration de Murat. Sa réhabilitation débutée en 2009, vient de s'achever.

La station du Pont Notre-Dame datait de 1976 et avait été modifiée en 1985. Un débit important d'eau claire parasite nécessitait en effet la remise à niveau du traitement des eaux avant leur retour dans l'Alagnon.
Le préfet du Cantal avait donc mis en demeure la commune en août 2008 de se mettre en conformité avec la directive européenne sur l'eau. D'un audit, lancé alors sur les structures existantes, il apparaissait que, si toute la partie process était obsolète, le génie civil pouvait être conservé.
Les travaux résultant de ce choix se sont élevés à 312 000 €, alors que la construction d'une station neuve aurait coûté 2,5 millions d'€.
La station répond aujourd'hui à une capacité de 3 125 équivalents-habitants (contre 5 000 équivalents-habitants). Elle traite le carbone, les nitrates et les phosphates et sa réhabilitation a bénéficié de subventions du Conseil général et de l'Agence de l'eau.

Conforme au Sage et au Sigal
Cette réduction de l'impact des rejets contribue ainsi à l'esprit du Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) et du Syndicat interdépartemental de gestion de l'Alagnon et de ses affluents (Sigal).
La réhabilitation a bénéficié d'une subvention de l'agence de l'eau Loire Bretagne de 48 000 € et de 113 000 € du Conseil général, et, ainsi que le rappelait Bernard Delcros, elle répondait à un triple enjeu : "réglementaire, de qualité de l'environnement et du cadre de vie, et enfin de qualité de l'eau en tête de bassin".
"Nous nous sommes donnés beaucoup de mal pour que l'Alagnon qui traverse plusieurs départements retrouve sa qualité de l'eau", ajoutait Alain Marleix, pour qui le résultat est là : "Le saumon remonte jusqu'à La Chapelle d'Alagnon". Quant à la station, en elle-même, elle représente pour le ministre "une belle performance au niveau financier et un choix très appréciable pour le contribuable muratais".
Préalablement à cette inauguration, le maire de Murat, entouré de son conseil municipal, avait présenté à Alain Marleix les réalisations
jets de la commune. et projets de la commune.
En 2009, cette dernière a en effet procédé à plusieurs opérations : l'aménagement de la voie communale de Stalapos (142 866€); l'acquisition de terrain à la gare pour augmenter l'offre de stationnement en centre-ville (78 000€ dont 2 000€ provenant de la réserve ministérielle); la démolition des anciens abattoirs (58 278€); la réfection de WC publics (56 000€).
Au titre des projets communaux à venir, on notera : la réhabilitation des réseaux d'assainissement (728 000€); la réhabilitation du centre Léon Boyer (416 000€); l'extension du parking de la gare (259 000€); la restauration du clocher de l'église Notre-Dame des Oliviers (266 000€); la réhabilitation de l'ancienne école maternelle en 15 logements accessibles aux handicapés (1 048 000€), une opération prévue en 2011; la création d'une médiathèque au centre Léon Boyer; la réhabilitation de la mairie et l'extension des locaux (mairie + trésor public); l'étude et la modernisation du camping, enfin.

La baisse de la DGF inquiète
Bernard Villaret, en recevant Main Marleix en mairie, s'est inquiété de la baisse de la Dotation globale de fonctionnement de la commune depuis 2008 : "Pas moins de 6 %... Une DGF liée à la baisse de la démographie", mais soulignait-il, "les charges structurelles de bourgs centres comme les nôtres ne baissent pas pour autant... Et nous souhaitons conserver notre qualité de service et d'attractivité. Il nous faut donc une solidarité nationale dans le cadre d'une péréquation forte que seul l'État peut faire"... Le souhait du premier magistrat était aussi que "le centre hospitalier soit conforté dans le cadre d'un pôle de santé performant et de la mutualisation dès compétences avec les centres hospitaliers voisins".
Un troisième problème soulevé concernait le lycée professionnel et, pour Bernard Villaret, "l'État, par le biais du rectorat, doit s'impliquer pour des formations du type éco développement, encore appelés les métiers verts".
Il faut pour lui que s'instaure "un vrai partenariat entre le rectorat et la Région". Pour mémoire, les enseignants et les élèves avaient cet hiver tiré le signal d'alarme quant à l'avenir de l'établissement, de par l'attitude d'un rectorat jugé peu enclin à lancer des formations nouvelles dans le cadre vétuste de l'établissement, et une Région plutôt très frileuse à rénover sans l'assurance de formations ad hoc... Un cercle vicieux qu'ils souhaitent donc voir brisé, tout comme la municipalité de Murat. Alain Marleix a assuré le maire de son appui quant à cette démarche et qui, concernant la DGF, a exprimé son souhait de "voir réformer la méthodologie du recensement pour les petites communes et développer la péréquation".

L'Union du Cantal, Chritian Fournier, 28juillet 2010

affiche hibernarock 2018
Ouverture HIBERNAROCK
Samedi 3 février
à 20h
à la Halle de Murat 

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee